Kinshasa - RD Congo
De nos jours, les Technologies de l’Information et de la Communication, dont l’Internet, demeurent de façon déterminante un outil indispensable dans la gestion et la conduite des affaires.  Lire la suite
 
 

JOURNÉE PORTE-OUVERTE DÉDIÉE À LA SOCIÉTÉ CIVILE POUR PRÉSENTER L’ENGAGEMENT DU GOUVERNEMENT ET DE LA BANQUE MONDIALE DANS LE SECTEUR DE L’ÉDUCATION EN RDC

JPOBM

Imprégner des réalisations accomplies et des actions à mener dans le cadre des projets du Gouvernement congolais financés par le Partenariat Mondial pour l'Education (PME) et la Banque mondiale, tel est l'objectif poursuivi par les Ministères en charge de l'éducation à travers la journée "portes ouvertes" organisée ce jeudi 15 septembre 2016, dans les installations du Projet de Soutien à l'Education de Base (PROSEB). Cette activité s'inscrit spécifiquement dans le contexte de la mise en œuvre des projets innovateurs financés par la Banque mondiale , à savoir : le PROSEB et le PEQPESU (Projet pour la Qualité et la Pertinence des Enseignements aux niveaux Secondaires et Universitaire).

Pour le compte du PROSEB,  les participants ont suivi un film de cinq minutes sur les réalisations dudit projet.  Cette projection a été suivi de la présentation des résultats du projet par l’assistante exécutive, Wali Belade. Elle a souligné que dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, du point de vue de l'accès, 734 salles de classes  sur 858 ont été reconstruites et équipées (soit 85,4%) ; 112 écoles sur 141 ont été reconstruites et équipées ; 77 forages réalisés sur 101 prévus. Concernant la qualité de l'éducation, près de 20 millions de manuels scolaires ont été distribués sur l'étendue du territoire national. Pour ce qui est de la gouvernance, 10.900 enseignants formés ; des outils de formation à distance sont logés dans 35 centres en provinces ;  le Service de Contrôle de la Paie des Enseignants (SECOPE) a bénéficié des allocations supplémentaires des frais de fonctionnement ainsi que la Direction d’Etudes et Planification qui a réalisé la production de trois annuaires statistiques des zones d’intervention du Projet (les provinces de l'ex Equateur et le Kasaï occidental).

Quant au projet PEQPESU, trois intervenants ont présenté le projet. Il s'agit de Monsieur Dominique KABUYA, Coordonnateur de l'Equipe de Gestion de projet (Enseignement Supérieur et Universitaire), de Madame Raïssa MALU,  chef opérationnel de l'Unité Technique d'Appui (EPS-INC) et de Monsieur Jean-Claude IKWA, chef opérationnel de l'Unité Technique d'Appui (Enseignement Technique et Professionnel). Ce projet vise l'amélioration de l'enseignement et de l'apprentissage des mathématiques et sciences dans l'enseignement secondaire général ; l'amélioration de la pertinence de l'enseignement technique et la formation professionnelle (ETFP) des niveaux d'enseignement secondaire et universitaire dans les secteurs prioritaires.

Les échanges ont tourné sur les actions concrètes menées par le projet en vue d'assurer une meilleure adéquation entre l'offre de formation et la demande en compétences des employeurs congolais, la mise en place d'une politique pour l'ETFP, le renforcement des Instituts Supérieurs Pédagogiques (ISP), la modernisation des programmes de mathématiques et des sciences afin de favoriser l'attrait, prévoir les structures permettant d'orienter les enfants dans les filières techniques et professionnelles, les normes de constructions des écoles construites dans le cadre du PROSEB et l'implication des communautés.

Après échanges, les participants ont visité les différents stands où étaient exposé les réalisations des projets, les manuels scolaires ( français, mathématiques et sciences) ainsi que des documents sectoriels.

Il sied de signaler que la journée "portes ouvertes" a réuni les membres de la société civile, les agents des ministères concernés ainsi que les élèves.

Linda OLENGA KILOLO 

Maker Mwangu fait une descente au lycée Madame de Sévigné incendié dans la commune de Bandalungwa lors de la manifestation de l’opposition à Kinshasa, le 19/09/2016.

Img sevigne

Le Ministre de l'Enseignement Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle citoyenneté, Maker Mwangu a visité ce mercredi 21 septembre le lycée « Madame de Sévigné » pillé et incendié lors des échauffourées qui ont secoué la villede Kinshasa.

Maker Mwangu a profité de cette visite pour condamner le saccage de l’école.

« Quelles que soient les raisons, cela ne peut pas expliquer ni justifier qu’on s’en prenne au temple du savoir. Nous condamnons ces actes avec la dernière énergie », a déclaré le Ministre.

Visite sem1

Les enseignants rencontrés au sein de cet établissement scolaire affirme que cette attaque était préméditée.

Les manifestants auraient percé les murs de l’école avant d’y accéder. Une fois à l’intérieur, ils auraient aspergé le bâtiment d’essence avant d’y mettre le feu.

Les dossiers des élèves finalistes, les documents pédagogiques et les ordinateursde l’école ont été emportés par les manifestants.

Malgré les dommages causés par ces actes, le personnel administratif de l’école reste confiant et convaincu que la reprise des cours pourrait intervenir lundi prochain. Les travaux s'exécutent déjà pour accueillir les élèves.

Maker Mwangu affirme que cette visite au lycée « Madame de Sévigné » s’inscrit dans le cadre d’une tournée d’inspection des écoles attaquées lors des heurts du début de la semaine.

 

Y. Nono WAHEMA

EXPERTISE DE LA MESP SOLLICITEE PAR L'UNPC EN VUE D'UNE MUTUELLE DES JOURNALISTES

Form mesp1

Une vingtaine de journalistes délégué par l’Union nationale de la presse congolaise en atelier de deux jours, le 8 et 9 septembre 2016, avec l’équipe dirigeante de la Mutuelle de santé des enseignants de l'EPSP (MESP). Objectif : s’enquérir des préalables pour la mise en place d’une structure mutualiste au service de la corporation des professionnels des médias. Le Président de la Mesp Asbl, Guy MAFUTA KABONGO et son homologue de l’UNPC, KASONGA TSHILUNDE, ont procédé à l’ouverture de ses travaux tenus dans la grande salle du restaurant auspices de l’athénée, dans la commune de la Gombe.

L’UNPC voudrait s’inspirer de l’expérience de la MESP Asbl, pour mettre en œuvre sa mutuelle de santé. Mais avant tout, elle a voulu cerné la question dans ses différentes facettes pour partir du bon pied. Pour ce faire, ses délégués ont eu droit, le premier jour, à plusieurs exposés : la présentation de la Mesp Asbl ; les préalables de la mise en place d’un système d’assurance maladie ; les principes d’assurabilité. La seconde journée a porté sur la tarification ; le corps des médecins conseil ; le budget et finances.

Les journalistes membres de l’UNPC ont également visité trois formations sanitaires conventionnées à la Mesp, à savoir : le Centre Kinois de Radiodiagnostic dans la commune de Kasa-vubu, le Centre Hospitalier Boyambi à Barumbu puis le centre ophtalmologique Lael Vision à Gombe. Cette décente sur le terrain a permis de s’enquérir des étapes suivis par les affiliés pour accéder aux soins.

Form mesp2

Les participants étaient sensibilisés à intégrer ou à tenir compte des particularités et des spécificités de la corporation ; à ne pas oublier les aspects juridiques et légaux ; à choisir les prestations à couvrir en fonction de la cagnotte des cotisations, et à prévenir la fraude et surprescription ; à veiller sur la qualité des soins accordés aux bénéficiaires.

Un conseil donné à l’équipe de l’UNPC, par le Directeur Technique de la Mesp Asbl, à la clôture de l’atelier : « puisse qu’on est pressé, allons-y lentement », pour encourager la corporation des journalistes à prendre le temps nécessaire pour étudier les mécanismes de mise en œuvre de leur mutuelle en vue de garantir sa pérennité et son succès.

James IYOLO

JOURNÉE PORTE-OUVERTE A KINSHASA POUR CLÔTURER LE PROJET « OPEQ »

OPEQ2

Une journée porte ouverte a été organisé, ce vendredi 9 septembre 2016 au Centre des Ressources pour Enseignants de Kinshasa (CREK), dans le cadre de la mise en œuvre du projet "Opportunité Pour un accès plus Equitable à une Education de base de Qualité", OPEQ en sigle. Objectif : Appréhender ensemble les réalisations du projet, 5 ans après sa mise en œuvre et tirer des leçons appropriées pour l'avenir. 

Cette journée a été rendu possible grâce au partenariat qui existe entre le Ministère de l'Enseignement Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté (EPS-INC) et l'IRC (International Rescue Committee) avec l'appui du gouvernement des Etats-Unis d'Amérique, à travers son agence internationale de développement (USAID).  Le projet OPEQ est financé à hauteur de  29 millions de dollars américains et  s'aligne sur les objectifs de la stratégie de développement du sous-secteur de l'Enseignement primaire et secondaire en vue du renforcement du système de formation continue des enseignants du primaire et l'amélioration de l'enseignement et l'apprentissage des élèves du primaire dans les provinces du Katanga, du Kasaï Occidental, du Kasaï Oriental, du Maniema, du Nord Kivu et Sud Kivu. Il vise également à accroitre les possibilités pour les jeunes non scolarisés notamment à travers la redynamisation des centres de rattrapage scolaire (CRS) et l'organisation des cours d'alphabétisation.

À cet effet, le Ministre de l'EPS-INC, Son Excellence Maker MWANGU, a souligné l'importance du rôle joué par ledit projet en vue du redressement du système éducatif congolais. "OPEQ a produit des outils pédagogiques avec les inspecteurs du ministère ; 9 centres des ressources pour enseignants ont été construits pour assurer la formation continue des enseignants ; les comités de parents ont été renforcés dans leur rôle dans les zones d'intervention du projet", a-t-il affirmé.

Il a, par ailleurs, sollicité l'implication des acteurs du secteur de l'éducation en vue de la mise à échelle des nombreux acquis de ce projet. Il s'agit entre autres des Centres de ressources pédagogiques, qui devront intégrer  le cadre institutionnel et technologique de formation continue des enseignants de l'EPS-INC avec l'appui des partenaires techniques et financiers, et des supports pédagogiques devant être mis à profit dans la formation continue des enseignants dans le cadre des projets novateurs tels que ACCELERE et PAQUE.

Il convient de noter que les bénéficiaires ciblés dans le contexte  du projet OPEQ sont les élèves du primaire (480.000), les jeunes (19.000), les enseignants (21.000), les maitres formateurs des enseignants (70), les parents membres des comités (11.200) ainsi que les membres de communautés (160.000).

Linda OLENGA KILOLO

SEPTEMBRE, MOIS DE LA VULGARISATION DE L’ENGAGEMENT DE LA BANQUE MONDIALE DANS LE SECTEUR DE L’EDUCATION EN RDC

conf BM 1

Le mois de septembre est celui de la rentrée des classes en République Démocratique du Congo, conformément au calendrier scolaire. La représentation de Banque mondiale consacre ce mois à une large diffusion de ses interventions en RDC dans le secteur de l’éducation. Au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 8 septembre, en son siège à Kinshasa, deux projets par lesquels la Banque mondiale intervient dans le sous-secteur de l’éducation en RDC ont fait l’objet d’une présentation de leur mise en œuvre : le Projet de Soutien à l’Education de Base – PROSEB et le Projet pour la Qualité et la Pertinence des Enseignements aux niveaux Secondaires et Universitaires - PEQPESU.

Les interventions de la Banque mondiale, en RDC, dans le secteur éducatif renforce l’action du Gouvernement sur les questions d’accès à une éducation pour tous, d’amélioration de la qualité de l’éducation et enfin celles liées à la gouvernance du système éducatif. Selon Ahmadou Moustapha Ndiaye, Directeur des Opérations, son institution participe à « mettre fin aux discriminations sociales surtout pour les filles et permet de multiplier par dix les revenus de la jeune fille ». Il a salué les efforts de la RDC par rapport à la part du budget national réservée à l’éducation, comparativement aux pays de la région. Aussi, Ahmadou Moustapha Ndiaye est revenu sur les avancées enregistrées dans l’examen de la question de la gratuité et des mécanismes de sa mise en œuvre.

Avant les échanges, la projection. Les journalistes invités ont suivi un film  de cinq minutes qui présente les principaux résultats du PROSEB, six mois avant sa clôture. L’assistante exécutive du PROSEB, Wali Belade, a souligné que près de 22 millions de manuels scolaires (de français, des mathématiques et des sciences) ont été produits et distribués dans le cadre de ce projet ; 10.900 enseignants formés, des outils de formation à distance sont logés dans 35 centres en provinces ; 141 écoles ont été construites et achevées ; le Service de Contrôle de la Paie des Enseignants (SECOPE) a bénéficié des allocations supplémentaires des frais de fonctionnement ainsi que la Direction d’Etudes et Planification qui a réalisé la production de trois annuaires statistiques des zones d’intervention du Projet.

conf BM 2

Le Proseb a pour objet de contribuer à la mise en œuvre du plan intérimaire de l’éducation et par conséquent, à l’atteinte de de ces objectifs stratégiques, à savoir : élargir l’accès et accroitre l’équité dans l’enseignement primaire ; améliorer les conditions d’apprentissage dans l’enseignement primaire ;  et renforcer la gestion du secteur.

Le Projet de Soutien à l’Éducation de Base est un projet de 3 ans (2013-2016), financé à hauteur de 100 millions des dollars américains pour les provinces de l’Equateur, Nord-Ubangi, Sud Ubangi, Mongala, Tshuapa, Kasaï-Occidental et toutes les provinces du pays pour les manuels scolaires.

Raïssa Malu, Chef de l’Unité Technique d’Appui/EPS-INC du PEQPESU, a présenté le Projet pour la Qualité et la Pertinence des Enseignements aux niveaux Secondaires et Universitaires (PEQPESU), financé à 200 millions de dollars pour une période de cinq ans (2015 à 2021).

conf BM 3

Ce projet a trois composantes : améliorer l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques et sciences de l’enseignement secondaire général ; améliorer la pertinence de l’enseignement technique et la formation professionnelle des niveaux d’enseignement secondaire et universitaire dans les secteurs prioritaires ; coordination, suivi et évaluation du projet.

Les échanges ont permis d’élucider les préoccupations des journalistes qui se sont basées sur les raisons du choix des provinces où intervenir, l’impact sur la population ciblée, les perspectives par rapport aux besoins encore grand de l’appui des partenaires dans le secteur.

D’autres activités sont prévues, durant ce mois de septembre, dans le cadre de cette la vulgarisation de l’engagement de la Banque mondial aux côtés de la RDC, dans le secteur éducatif.

 

James IYOLO

 

DERNIÈRES ACTUALITÉS
Stratégie de l’EPSP
Stratégie de l’EPSP

La vision du Gouvernement du Congo pour le secteur de l’éducation est « la construction d’un système éducatif inclusif et…

More...
Annuaires statistiques Plan intérimaire de l’Education
Plan intérimaire de l’Education

Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo a adopté, en mars 2010, le Document de Stratégie de développement de…

More...
Guide et procédure de gestion Référentiels Enseignement Tech.
Référentiels Enseignement Tech.

Domaine de formation : Construction, Coupe-couture, Electricité, Electronique, Esthétique, Froid, Mécanique, Ménuiserie, Plomberie, Secrétariat

More...
Guide de constructions scolaires à moindre coût
Guide de constructions scolaires à moindre coût

Stratégie nationale pour la réhabilitation et la construction des écoles de qualité à moindre coût avec implication des communautés locales

More...
Secope
Secope

ACCUEIL - SECOPE CENTRAL  

More...
Accès aux provinces
Accès aux provinces

Accès aux provinces

More...
Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2015 JoomlaWorks Ltd.
Nos Partenaires